fin du poème

PROPHÉTIE D'ÉZÉCHIEL
CH. XVI, v. 3

Radix tua et generatio tua de terrâ Chanaan.

Cette prophétie et la suivante sont très singulières.  Le Seigneur y paraît sous la figure d'un époux qui reproche à son épouse d'horribles infidélités.  Ces accusations portent également sur l'adultère et sur l'idolâtrie. Rien de plus véhément ni de plus passionné.  L'amour  s'y joint à la jalousie, à la menace, à la fureur; mais les excès de la prostitution y sont peints de couleurs si naturelles et si fortes, que j'ai cru devoir par respect pour le texte sacré, adoucir quelquefois les images et les expressions.  De plus, comme ces deux prophéties roulent sur le même objet, et se ressemblent en plusieurs endroits, je n'ai traduit littéralement que la XXIIIe. J'ai fort élagué celle-ci, sans m'écarter cependant du texte.  J'abrège; mais je traduis.
 

O Femme, tu naquis d'une famille impure,
D'infidèles parents qui trahissaient mes lois.
L'art d'une habile main n'aida point la nature
Lorsque tu vis le jour pour la première fois.

Ni les eaux, ni le sel ne t'ont purifiée ;
Ta mère avec regret te porta dans son flanc,
On te mit sur la terre, où tu fus oubliée ;
J'approchai : tu pleurais, tu nageais dans ton sang.

J'en arrêtai le cours, je l'essuyai moi-même ;
Mon cur fut attendri de ta misère extrême ;
Et je te dis :  Vivez, vivez  trop faible enfant ;
Sous l'aile du Seigneur dont le bras vous défend,
Croissez et méritez qu'un tendre époux vous aime.

J'ai depuis ce moment veillé sur tes destins.
Objet de mes désirs, sous mes yeux élevée,
Mes regards paternels, mes soins t'ont cultivée
Comme une jeune fleur qui croît dans les jardins.

Ton corps fortifié par les progrès de l'âge,
Atteignit ces beaux jours où ton sexe volage
De ses charmes naissants connaît trop le pouvoir ;
Que les tiens étaient doux !  Que j'aimais à les voir !

Nul mortel cependant ne cherchait  à te plaire.
Rebut de l'univers, tu ne trouvas que moi
Qui vis avec pitié ta douleur solitaire.
Ton maître, ton Seigneur se déclara pour toi ;
Tu reçus mes serments, et j'acceptai ta foi.

    O qu'alors avec complaisance
    Je te prodiguai mes bienfaits !
    Qu'avec pompe et magnificence
    Je pris soin d'orner tes attraits !
    J'instruisis ta faible jeunesse ;
    Des gages purs de ma tendresse
    Je t'embellissais chaque jour.
    Je te donnai mon héritage,
    Et tu possédas sans partage,
    Mes richesses et mon amour.

    L'éclat célèbre de tes charmes
    Amena la terre à tes pieds.
    A ton char, vaincu par tes armes,
    De puissants Rois furent liés.
    Tu mis alors ta confiance
    Dans les appas et la puissance
    Que tu devais à ma bonté.
    Tu conçus une folle joie,
    Et l'orgueil dont tu fus la proie,
    Surpassa même ta beauté.

    Cet orgueil engendra tes vices,
    Il alluma tes passions.
    Tu recherchas dans tes caprices
    Les esclaves des nations.
    Dans tes honteuses perfidies,
    Sur les femmes les plus hardies
    Tu l'emportas par ta noirceur ;
    Et les excès les plus coupables
    De tes amours abominables
    N'égaleront jamais l'horreur.

    Tu dressas de superbes tentes
    Dans les bois et sur les hauts lieux.
    Là par des fêtes éclatantes
    Tu rendis hommage aux faux dieux.
    Leurs autels que tes mains ornèrent,
    De mon or qu'elles profanèrent
    Impunément furent couverts.
    Pour leur consacrer des prémices,
    Tu dépouillais mes sacrifices
    Des tributs qui m'étaient offerts.

    Mais d'offrandes plus criminelles
    Ces premiers dons furent suivis.
    Tes mains, oui, tes mains maternelles
    Ont immolé tes propres fils.
    Sans loi, sans pitié, sans tendresse,
    De Baal sanglante Prêtresse,
    Tu déshonorais nos liens.
    O coups réservés à tes crimes !
    Ces enfants choisis pour victimes,
    Barbare, étaient  aussi les miens.

    Ma sévérité toujours lente
    N'a point éveillé tes remords
    Tu quittes, transfuge insolente,
    Le Dieu vivant  pour des dieux morts,
    Quoi donc !  Oublîras-tu, perfide,
    Femme ingrate, mère homicide,
    Que je t'arrachai  du tombeau,
    Et te sauvai par ma puissance
    Des opprobres de ton enfance,
    Et des douleurs de ton berceau ?

    Malheur à toi, qui faisais gloire
    De tes attentats  furieux,
    Dont tu conserves la mémoire
    Dans des monuments odieux.
    Sur les marbres de tes portiques
    De tes iniquités publiques
    J'ai vu les symboles impurs;
    Et les nations étrangères
    Ont lu dans ces vils caractères
    Ta honte écrite sur tes murs.

    Mais le jour lui où ma vengeance
    Ne suspendra plus son transport.
    Je t'abandonne  à l'indigence,
    A l'ignominie, à la mort.
    Je susciterai pour ta peine,
    Ces femmes, objets de ta haine,
    Les épouses des Philistins,
    Qui moins que toi licencieuses,
    De tes amours audacieuses,
    Rougissaient avec tes voisins.

    Dans l'art de plaire et de séduire
    Tu vantais tes lâches succès.
    Ton cur, que je n'ai pu réduire,
    Inventait de nouveaux excès.
    Tu rassemblais les Ammonites,
    Les Caldéens, les Moabites,
    Les voluptueux Syriens ;
    Et toujours plus insatiable,
    Tu fis un commerce effroyable
    De tes plaisirs et de tes biens.

    D'autres reçoivent des largesses
    Pour prix de leurs égarements ;
    Mais toi, tu livras tes richesses
    Pour récompenser tes amants.
    Tu laissais aux femmes vulgaires
    L'honneur d'obtenir des salaires
    Qui d'opprobre couvraient  leur front.
    Pour mieux surpasser tes rivales,
    Tes tendresses plus libérales
    Achetaient le crime et l'affront.

Voici donc ton arrêt :  Femme parjure, écoute.
Pour suivre des méchants la détestable route,
Tu quittas les sentiers que j'avais faits pour toi.
Ton audace adultère, et ton idolâtrie
Ont souillé mon autel, corrompu ta patrie,
Egorgé tes enfants et renversé ma loi.

Tu vécus sans remords dans tes murs dépravées.
Mes rigueurs que ton âme a si longtemps bravées,
A tes forfaits sans nombre égaleront tes maux.
Pour épuiser sur toi les plus cruels supplices,
Tes propres alliés, tes amants, tes complices
Deviendront mes vengeurs et seront tes bourreaux.

Les peuples apprendront cet exemple sévère.
Alors j'apaiserai ma trop juste colère,
Ta mort rendra le calme au cur de ton époux.
Il aura satisfait sa vengeance  et sa gloire,
Et tes crimes éteints, ainsi que ta mémoire,
Ne seront plus l'objet de ses regards jaloux.

Tu n'as point démenti l'horreur de ta naissance ;
Tes vices ont paru dès ta plus tendre enfance :
La fille suit les pas que la mère a tracés.
Tu fus sur de tes surs, impudique comme elles ;
Et des femmes d'Ammon, au vrai Dieu tant rebelles,
Les crimes par les tiens ont été surpassés.

Ton sang a réuni les plus indignes races,
Pères, mères, aïeux que bravaient  mes menaces,
Et dont tu vois encore les durables malheurs.
Contre toi jusqu'au ciel leur voix s'élève et crie ;
Pour tout dire, en un mot, Sodome et Samarie
Trouvent dans tes forfaits une excuse des leurs.

    De Sodome si détestée
    Tu n'osais proférer le nom.
    Sais-tu quels fléaux l'ont jetée
    Dans ce déplorable abandon ?
    De l'orgueil l'insultante ivresse,
    L'intempérance, la mollesse,
    Le luxe et la cupidité,
    Le dur mépris qu'à l'indigence
    Oppose l'altière opulence
    Qu'accompagne l'oisiveté.

    Triste esclave des mêmes vices,
    Tu commis d'autres attentats,
    Des cruautés, des injustices
    Que Sodome ne connut pas.
    Et toutefois je l'ai détruite ;
    Comme elle tu seras réduite
    Aux dernières calamités.
    C'est toi qui m'outrages, me blesses ;
    Tu n'as pas gardé tes promesses,
    Et j'ai rompu tous nos traités.

    Mais qui dis-je ! Un sentiment tendre
    Me parle encore en ta faveur
    Ah!  que ne dois-tu pas attendre
    De la pitié d'un Dieu Saveur !
    Dans leurs demeures fortunées
    Tes surs, tes filles ramenées
    Couleront des jours triomphants.
    Je te rendrai ma confiance,
    Et dans ma nouvelle alliance
    Vous serez toutes mes enfants.

          retour au début